Wählen Sie ein Land, um die Inhalte in Ihrer Sprache zu sehen

Weiter

Sébastien Petit : "Il m'a fallu 10 ans pour constituer mon équipe. La COVID-19 pourrait la détruire en une seule année".

27.08.2020

Prenez un prototype ou une voiture GT normalement construite pour la piste et lancez-la sur quelques-unes des routes les plus spectaculaires d'Europe. Vous avez la recette d'un des événements de sport automobile les plus palpitants du monde. Montée de côte. Mais l'année n'a pas été tendre pour ce sport, comme pour tant d'autres. Sébastien Petit, champion de France et d'Europe de course de côte, court dans sa propre équipe, le Team Petit Auto Sport, et met au point des machines très intéressantes, dont la légendaire RS01 équipée d'un moteur GTR et pilotée par Philippe Schmitter. À l'approche de la troisième course de la nouvelle saison, nous avons appelé Sébastien pour en savoir plus sur leur retour en compétition.

 

Sébastien Petit : "Il m'a fallu 10 ans pour constituer mon équipe. La COVID-19 pourrait la détruire en une seule année".

Quand avez-vous repris la compétition ? Vous dites que vous êtes en route pour la République Tchèque. C'est votre première course post-confinement ?

Nous avons recommencé à courir à la fin du mois de juillet. Nous sommes allés à une course en République Tchèque et je l'ai gagnée. Je roulais avec un nouveau prototype Nova NP 01-4. Philippe Schmitter conduisait le RS01. Il a terminé troisième. Il y a deux semaines, nous avons couru en France et maintenant nous allons à la troisième course, toujours en République Tchèque.

Comment s'est passé le confinement pour vous et votre équipe ? Beaucoup de vos épreuves ont-elles été annulées ou reportées ? Cela vous a-t-il donné le temps de vous concentrer sur des améliorations personnelles et mécaniques ?

Ça n'a pas été positif. Nous avons perdu trop de temps, trop de courses et trop d'argent pour l'équipe. J'ai loué beaucoup de voitures et je voulais faire le championnat européen de courses de côte pour développer la nouvelle voiture. C'est vraiment difficile en ce moment d'obtenir de l'argent des sponsors et c'est une année très dure pour notre équipe. J'espère que cet hiver, tous nos partenaires continueront à nous aider, sinon je pense que c'est la fin de l'équipe. Il m'a fallu dix ans pour amener l'équipe à ce niveau et maintenant, en une seule année, la COVID-19 pourrait la détruire.

Quand avez-vous repris la compétition ? Vous dites que vous êtes en route pour la République Tchèque. C'est votre première course post-confinement ?

Nous espérons que votre équipe sera de retour en montagne l'année prochaine. Qu'est-ce qui vous a attiré vers ce sport ?

Je fais de la course de côte parce que c'est ma spécialité et j'ai toujours voulu y mettre toute ma puissance et mon énergie. J'ai été double champion de France et j'ai été champion d'Europe l'année dernière. Bien sûr, je pourrais courir en rallye ou sur piste, mais j'ai toujours voulu mettre tous mes efforts dans le développement d'une équipe professionnelle de course de côte. Nous participons au championnat de France et au championnat d'Europe de courses de côte. Normalement, nous participons à 20 courses en six mois. Nous sommes toujours sur la route. Parfois, nous ne retournons pas au bureau ou au garage. Nous allons simplement de course en course.

Nous espérons que votre équipe sera de retour en montagne l'année prochaine. Qu'est-ce qui vous a attiré vers ce sport ?

Pouvez-vous m'en dire plus sur vos voitures de courses de montagne ?

L'année dernière, j'utilisais un Mugen V8 de Norma. Maintenant, j'utilise une Nova à quatre roues motrices avec un moteur turbo Honda. C'est la première voiture de ce type à monter une côte. J'aimerais faire Pikes Peak dans cette voiture. La voiture de Philip, la RS01, est comme une voiture LMP1. C'est une Renault monocoque avec un moteur Nissan V6 bi-turbo. C'est vraiment une voiture incroyable. Le châssis a été fabriqué par Dallara en Italie. Vous avez beaucoup d'aérodynamisme et de puissance (nous avons 650 ch) avec autant de couple et de traction arrière. Quand je conduis cette voiture pour faire des réglages, c'est une expérience vraiment folle. Renault n'en a fait que 25 pour une coupe et elle a été homologuée pour le championnat GT3. La voiture était plus rapide que toutes les GT3 existantes. C'est la RS01 la plus rapide du monde parce que Renault a fait une carte spéciale pour elle.

Pouvez-vous m'en dire plus sur vos voitures de courses de montagne ?

Quel effet cela procure-t-il de conduire de puissantes voitures de montagne comme le RS01 et la Nova ?

Les conduire est incroyable car nous avons une adhérence particulière. On utilise des pneus souples, et la course est courte, donc nous n'avons pas le droit à l'erreur dès le départ. La sensation de vitesse est incroyable à travers les arbres.

La Course de Côte est-elle plus proche du rallye ou de la piste ? 

Je dirais que c'est les deux. Vous devez avoir l'improvisation d'un pilote de rallye et la finesse d'un pilote de piste. Nos voitures ressemblent plus à des voitures de piste qu'à des voitures de rallye, il faut donc adapter les réglages aux routes de montagne. C'est une chose très difficile à faire.

 
Quel effet cela procure-t-il de conduire de puissantes voitures de montagne comme le RS01 et la Nova ?

Quelle est votre lien avec Motul ?

Je mets de l'huile Motul dans tout. Je l'ai mise dans ma voiture, dans le RS01, et dans nos autres voitures. L'huile de boîte de vitesses, c'est de l'huile Motul. Le liquide de transmission provient de Motul. Vous comprenez l'idée. Je n'utilise que de la Motul. La 300V de Motul est la meilleure. Nous avons un très bon partenariat technique avec Motul et nous n'avons jamais de problèmes avec quoi que ce soit parce que nous utilisons de beaux produits.

   © Picture credits: Aurelien Vialatte, Sylvie Bouchereau

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus