Wählen Sie ein Land, um die Inhalte in Ihrer Sprache zu sehen

Weiter

NICOLAS PROST: “CONDUIRE UNE MONOPLACE EST L’EXPÉRIENCE ULTIME”

03.06.2021

Nicolas Prost est un fier ambassadeur Motul et probablement l'homme le plus occupé du monde. Tout juste papa pour la deuxième fois, il participe au championnat de France GT4 sur une Alpine. En outre, il est monté dans une monoplace Formula 3 pour participer à la série Ultimate Cup !

NICOLAS PROST: “CONDUIRE UNE MONOPLACE EST L’EXPÉRIENCE ULTIME”

Nico, en regardant la dernière saison, vous avez manqué de peu le titre. Pouvez-vous me parler de la saison ?

L'année dernière a été une année bizarre pour tout le monde. Cependant, la FFSA a réussi à organiser une grande saison avec autant de courses qu'elle le pouvait. Pour être honnête, nous avons perdu le championnat lors de la dernière course, mais c'est comme ça que ça se passe en course automobile et surtout en GT. Dans le championnat de France GT4, il y a tellement d'équipes qui ont une chance de gagner le championnat. Alors qu'il y a habituellement trois ou quatre front runners dans une course, il y en a maintenant six ou sept qui se battent pour la première place. Chose qui rend la course plus amusante, mais aussi beaucoup plus difficile. Dans l'ensemble, nous avons eu une excellente saison et nous sommes heureux du résultat.

Nico, en regardant la dernière saison, vous avez manqué de peu le titre. Pouvez-vous me parler de la saison ?

C’est votre troisième saison ave Alpine. La marque elle-même est en train de vivre une véritable révolution. Quel effet cela fait-il de faire partie de cette histoire ?

Alpine est une marque formidable. Elle a un héritage riche et ce qu'ils font maintenant en Formula 1 et au WEC est incroyable. Quand j'ai commencé avec Alpine, je voulais vraiment gagner pour la marque ainsi que pour l'équipe. Gagner avec une Alpine en France est une chose magique. La marque est tellement aimée. Ils vont la développer beaucoup plus à l'avenir et je suis impatient de voir ce qui va se passer.

C’est votre troisième saison ave Alpine. La marque elle-même est en train de vivre une véritable révolution. Quel effet cela fait-il de faire partie de cette histoire ?

Parlons un peu de choses passionnantes comme votre retour au volant d’une monoplace.

Comme vous le savez, j'ai grandi autour des monoplaces et j'ai beaucoup d'expérience et de succès dans les courses de monoplaces, et je voulais vraiment m'y remettre. Il n'y a rien de tel que de piloter une monoplace. Tout a commencé par une blague avec mon ingénieur et propriétaire de l'équipe CMR, Charlie, mais c'est devenu plus sérieux avec le temps. Nous avons décidé de le faire et nous avons reçu la voiture le mardi avant la course [rires]. Nous avons fait quelques essais le jeudi et le vendredi et nous avons rencontré quelques problèmes. Ensuite, nous avons dû charger la voiture et aller directement au Paul Ricard. La première course s'est avérée incroyable et j'ai pu participer aux courses deux et trois du week-end. Comme nous avons remporté les trois courses lors de ce premier vrai week-end de course, je ne pouvais pas être plus heureux.

Parlons un peu de choses passionnantes comme votre retour au volant d’une monoplace.

Qu’est-ce qui rend les monoplaces si spéciales pour les pilotes de course ? Vous n’êtes pas la première personne à dire que ce sont les voitures de course par excellence…

Tout d'abord, lorsque vous débutez en tant que pilote de course, vous voulez à tout prix devenir un pilote de Formula 1, c'est la magie de la chose. Mais lorsque vous en conduisez une, vous remarquez que c'est la voiture de course la plus axée sur le pilote. La façon dont elles se conduisent est tellement unique. Ensuite, il y a l'expérience de la course, qui est incomparable, vous pouvez freiner très tard et c'est vraiment le meilleur type de course qui soit. J'adore les GT et les LMP, mais les monoplaces sont tout simplement spéciales.

Qu’est-ce qui rend les monoplaces si spéciales pour les pilotes de course ? Vous n’êtes pas la première personne à dire que ce sont les voitures de course par excellence…

Vous venez de parler de LMPS. Vous avez manifestement une grande expérience en courses d’endurance. Qu’est-ce qui se profile à l’horizon pour vous ?

Avec tous les nouveaux changements dans le monde des courses d'endurance et l'introduction de la LMH et de la LMdH, je prête vraiment beaucoup d'attention à ce championnat. J'adore les courses d'endurance et j'ai eu beaucoup de succès dans ce domaine par le passé. J'aimerais vraiment retourner dans un siège LMP et courir à Sebring, au Mans ou à Daytona. Je vais bientôt avoir 40 ans et je sais que je suis à un âge où je n'ai plus beaucoup de chances de jouer dans la cour des grands, mais j'ai encore mon expérience comme carte de visite, alors j'espère que je pourrai trouver une solution pour les prochaines saisons.

 Vous venez de parler de LMPS. Vous avez manifestement une grande expérience en courses d’endurance. Qu’est-ce qui se profile à l’horizon pour vous ?

C'est intéressant que vous mentionniez l'âge. Comment gérez-vous le fait de prendre de l'âge en tant que pilote? Ressentez-vous la pression des jeunes dans ce sport ?

Je suis à l'aise avec mon âge. Je sais qu'il arrivera un moment où je ne serai plus aussi rapide qu'un conducteur qui a 20 ans de moins que moi. J'ai aussi évincé des pilotes plus âgés quand j'étais plus jeune. C'est le cycle de vie d'un pilote de course. Je sais que je ne vais pas retrouver un siège en Formula E de sitôt, mais je sais que j'ai une expérience précieuse à apporter dans d'autres séries. Tant que vous avez toujours cette soif de compétition, vous n'êtes jamais trop vieux. Je me mets encore en colère et je peux faire des gestes peu recommandables lorsque quelqu'un me coupe la route sur la piste. Quand on a encore l'esprit, on peut toujours être compétitif.

C'est intéressant que vous mentionniez l'âge. Comment gérez-vous le fait de prendre de l'âge en tant que pilote? Ressentez-vous la pression des jeunes dans ce sport ?