Choose a country or region to display content specific to your geographic position

Continue

Orhès Racing: "Nous avons travaillé sur simulateur pour être prêt le plus tôt possible"

04.08.2020

Olivier Pernaut est le directeur de l'équipe Orhes Racing, une équipe française qui participe à divers championnats de voitures de sport modernes et historiques à travers l'Europe. Cette écurie construit et restaure également des voitures de course anciennes et récentes. La compétition reprenant lentement ses droits, nous avons appelé Olivier pour en savoir plus.

Orhès Racing: "Nous avons travaillé sur simulateur pour être prêt le plus tôt possible"

Pouvez-vous présenter Orhès Racing ?

Orhes Racing a été créé en 2006. Nous avons commencé avec deux voitures en Fun Cup et deux mécaniciens, maintenant nous avons beaucoup de voitures de course et entre huit et dix mécaniciens. Nous participons à de nombreuses compétitions assez variées : la Fun Cup, la Mitjet 2L, la European Nascar, la Lamera Cup, la Ligier JS2R, le championnat GT4 avec Audi, la voiture de course historique en Rallye et le Tour Auto Optic 2000. En ce moment, nous nous concentrons sur la Fun Cup, le championnat Ligier JS2R, le GT4 et les courses historiques de Peter Auto. Il y a trois ans, nous avons lancé la division des véhicules anciens, avec un préparateur de moteurs et deux carrossiers qui se consacrent à la restauration des voitures de course classiques.

 

Comment le coronavirus a-t-il affecté cette saison ? Commence-t-elle à revenir à la normale ?

Nous avons arrêté toutes les compétitions du 17 mars au 22 juin. Mais nous n'avons pas cessé le côté historique. Notre première course aura lieu le 1er août, et avant cela, nous aurons quelques jours de piste. C'est une période très difficile, mais grâce au gouvernement français, c'est plus facile pour nous que pour les équipes de course étrangères.

La pause du sport automobile vous a-t-elle donné, à vous et à votre équipe, une chance de vous recentrer et d'apporter des améliorations pour le reste de l'année ?

Cet hiver, nous avons commandé un simulateur de course pour nos pilotes, afin d'améliorer leurs compétences et leur conduite pour la course. Nous avons reçu ce simulateur début juin, donc, pendant le confinement, nous avons commencé à travailler avec des simulateurs à la maison afin d'être prêts le plus tôt possible avec le nouveau modèle et obtenir les bons réglages et la bonne modélisation des voitures.

La pause du sport automobile vous a-t-elle donné, à vous et à votre équipe, une chance de vous recentrer et d'apporter des améliorations pour le reste de l'année ?

Vos pilotes ont-ils participé à des compétitions sur simulateur ? Pensez-vous que ces courses deviendront de plus en plus populaires et qu'elles côtoieront les compétitions "réelles" ?

Oui, absolument. Nous participons à la "Sim Racing Fun Cup" au Royaume-Uni et en Belgique, avec nos vrais pilotes. Pendant le confinement, beaucoup d'entre eux ont acheté un simulateur pour leur domicile. Je leur ai transmis nos voitures de course virtuelles que nous avons développées, afin qu'ils puissent s'entraîner dans des conditions proches de la réalité.

De quelle manière la distanciation sociale s'applique-t-elle dans le sport mécanique ?

[Rires] Nous ferons comme tout le monde : porter un masque et laver nos mains régulièrement !

Comment s'articule votre partenariat avec Motul et comment ses lubrifiants contribuent-ils à votre succès ?

Nous avons un partenariat avec Motul depuis quelques années maintenant. Nous en sommes très fiers. Chaque fois que nous participons à une course, nos voitures, nos pilotes et nos mécaniciens portent la marque Motul. Nous aimons la réactivité de l'équipe Motul. Chaque fois que nous avons besoin d'une solution technique, comme une analyse d'huile, ils sont là. C'est un grand plaisir de travailler avec Motul.

Comment s'articule votre partenariat avec Motul et comment ses lubrifiants contribuent-ils à votre succès ?

       

Orhès Racing: "Nous avons travaillé sur simulateur pour être prêt le plus tôt possible"

          

Orhès Racing: "Nous avons travaillé sur simulateur pour être prêt le plus tôt possible"
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus