Wählen Sie ein Land, um die Inhalte in Ihrer Sprache zu sehen

Weiter

ANDREA BÉNÉZET : " IL FAUT POUVOIR FAIRE UN TOUR LES YEUX FERMÉS "

15.07.2021

Le Français Andrea Bénézet n’a que 19 ans, mais il prend déjà d’assaut le classement de la GT4 European Series au volant d’une Toyota Supra. Ce n’est que dans sa deuxième saison de course professionnelle qu’il a récemment remporté une victoire à Zandvoort. Il partage son histoire avec nous.

ANDREA BÉNÉZET : " IL FAUT POUVOIR FAIRE UN TOUR LES YEUX FERMÉS "

Andréa, félicitations pour la récente victoire à Zandvoort. Cela vous place à la deuxième place du championnat…

Oui, à Zandvoort il y a quelques semaines, nous avons terminé deuxièmes de la première course et remporté la seconde. C’était le week-end parfait et nous avons marqué de très bons points pour le championnat. Maintenant, nous sommes deuxièmes au classement général. La prochaine course est à Spa et l’objectif est clair : revenir en tête du classement du championnat. Nous nous battons avec deux pilotes qui ont beaucoup d’expérience. Mais nous n’avons pas peur du défi qui nous attend. Normalement, dans ce genre de course, l’un des pilotes est plus fort que l’autre. Mais mon coéquipier et moi sommes au même niveau. Il n’y a qu’un dixième de seconde entre nous.

Andréa, félicitations pour la récente victoire à Zandvoort. Cela vous place à la deuxième place du championnat…

Vous êtes passé d’une Alpine l’an dernier à une Toyota Supra. Comment trouvez-vous la transition ?

Cette année, je participe au championnat d’Europe avec la Toyota GR Supra GT4 de l’équipe CMR. J’ai eu l’occasion d’avoir une Alpine A110 GT4 l’année dernière, donc c’est vraiment excitant et je donne le meilleur de moi-même. C’est une voiture fabuleuse, elle a un moteur incroyable mais vous ne pouvez pas comparer la Toyota à l’Alpine. L’Alpine était comme un gros kart. Avec la Toyota, ce n’est pas aussi facile à conduire mais elle est mécaniquement plus forte.

Vous êtes passé d’une Alpine l’an dernier à une Toyota Supra. Comment trouvez-vous la transition ?

POURRIEZ-VOUS EXPLIQUER COMMENT FONCTIONNENT LES COURSES DE LA SÉRIE EUROPÉENNE GT4 ?

Nous avons une voiture pour deux pilotes. C’est une course d’une heure, et nous changeons de pilotes à mi-parcours de la course. Nous gardons les mêmes pneus pendant toute la course, mais nous avons deux séries de pneus pour le week-end. Nous faisons la qualification avec eux et les pneus que j’ai utilisés pendant ma qualification seront les mêmes que ceux avec lesquels je commence ma course. C’est la même chose pour mon coéquipier. Nous ne pouvons changer les pneus que si nous avons une crevaison. Cette année, nous en avons eu une à Zandvoort, mais heureusement, c’était durant essais libres.

POURRIEZ-VOUS EXPLIQUER COMMENT FONCTIONNENT LES COURSES DE LA SÉRIE EUROPÉENNE GT4 ?

VOUS NE COUREZ PAS DEPUIS LONGTEMPS, ANDREA. POURRIEZ-VOUS PARTAGER VOTRE PARCOURS AVEC NOUS ?

J’ai commencé à courir en karting à 15 ans, donc à un âge assez avancé. J’ai couru pendant les week-ends dans de petites voitures, et j’ai officiellement commencé ma carrière professionnelle dans le championnat français l’année dernière, au volant de l’Alpine. L’objectif de l’année était d’apprendre et de se développer. C’était stressant et je devais travailler dur, mais j’avais un excellent coéquipier qui était champion du monde de karting, et il a partagé beaucoup d’expérience avec moi. La spécialité de l’équipe est d’aider les jeunes et les nouveaux pilotes. L’année dernière, ils avaient le plus jeune pilote du championnat, qui avait 16 ans, et à la fin de l’année, il était champion de sa catégorie. À la fin de l’année dernière, mon coéquipier et moi avons terminé cinquièmes au championnat d’argent. Nous étions satisfaits de notre performance et avons terminés juste derrière Aurélien Panis, l’un des meilleurs pilotes de France. Donc, on a fait une très, très bonne saison. Quand je ne cours pas, j’étudie à l’école de commerce IÉSEG à Paris.

VOUS NE COUREZ PAS DEPUIS LONGTEMPS, ANDREA. POURRIEZ-VOUS PARTAGER VOTRE PARCOURS AVEC NOUS ?

QUE FAUT-IL POUR ÊTRE UN PILOTE DE COURSE COMPÉTITIF ?

Un grand pilote doit être un pilote complet. Il faut beaucoup se préparer. Je cours ou je fais du vélo au moins trois fois par semaine, et je passe beaucoup de temps sur le simulateur. Je me prépare pour chaque course avec au moins quatre ou cinq séances de trois heures. C'est beaucoup de travail. Mais c'est très important. Vous devez être capable de faire presque un tour les yeux fermés.

QUE FAUT-IL POUR ÊTRE UN PILOTE DE COURSE COMPÉTITIF ?

VOUS ET MOTUL AVEZ RÉCEMMENT FAIT ÉQUIPE. QU'EST-CE QUE CELA SIGNIFIE POUR VOUS ?

Oui, Motul est mon partenaire. C'est la chose dont je suis le plus fier dans ma jeune carrière. Beaucoup de pilotes rêvent d'être sponsorisés par Motul, et j'ai eu la chance d'en faire partie. En France, il n'y a que quelques pilotes sponsorisés par Motul, et ce sont généralement des stars du sport automobile. C'est incroyable pour moi et sans Motul, je ne pense pas que je serais capable de terminer ma saison. Je veux les remercier, et la meilleure façon de le faire est de gagner le championnat.

VOUS ET MOTUL AVEZ RÉCEMMENT FAIT ÉQUIPE. QU'EST-CE QUE CELA SIGNIFIE POUR VOUS ?

LES PRODUITS MOTUL VOUS AIDENT-ILS À GAGNER ?

Sans aucun doute. Parce que si vous n'avez pas un lubrifiant de haute qualité, le moteur, la transmission et la boîte de vitesses ne fonctionneront pas au plus haut niveau de performance. Ce n'est pas quelque chose que vous pouvez changer pendant le week-end.

LES PRODUITS MOTUL VOUS AIDENT-ILS À GAGNER ?