Choisir un pays ou une région pour afficher le contenu spécifique à votre position géographique

Continuer

Michel Périn, légende du rallye : “La M3 Prodrive est parfaitement équilibrée”.

21.07.2020

La BMW M3 de 1990, réglée à la perfection par Prodrive et lubrifiée par Motul, reste une icône dans le monde du rallye. La livrée Motul/Bastos, historique et conforme à l'époque, est mondialement connue et très typique de l'esprit de la fin des années 80 et du début des années 90. Moins connues sont les nombreuses victoires en rallye remportées par le Français François Chatriot et son copilote Michel Périn. Trente ans plus tard, nous retrouvons Michel Périn à propos de ces premiers jours glorieux de rallye.

 

Michel Périn, légende du rallye : “La M3 Prodrive est parfaitement équilibrée”.

Michel, avec François vous avez remporté plusieurs championnats en rallye. Pouvez-vous nous raconter comment a débuté l’aventure ?

En 1970, à l'âge de 13 ans, je suis allé sur le Rallye Tour de France avec mon père. A cette occasion, le célèbre Henri Pescarolo a fait ronfler le moteur V12 de sa Matra avec un son magique et sans limite. C'est à ce moment qu'a débuté ma passion pour les voitures de sport. J'ai grandi dans une famille de têtes brûlées. Mon grand-père était carrossier et mon père carrossier et peintre automobile.

 

Michel, avec François vous avez remporté plusieurs championnats en rallye. Pouvez-vous nous raconter comment a débuté l’aventure ?

Quand a débuté votre carrière professionnelle de copilote ?

Je m'intéressais beaucoup aux cartes Michelin, aux promenades en forêt et à ma propre carrière. Un jour, j'ai réalisé que ces compétences étaient parfaites pour devenir copilote. J'ai finalement commencé la course sur route en 1977, mais il a fallu attendre 1984 pour que ma carrière soit lancée. Après la retraite d'un autre copilote, je suis devenu professionnel en 1984. Avec mon bon ami François Chatriot, qui conduisait la voiture, nous avons terminé à la deuxième place du championnat de France des rallyes. Plus tard, nous avons remporté le championnat en 1988 et 1990 avec la BMW M3 Prodrive.

 

Quand a débuté votre carrière professionnelle de copilote ?

Qu’est-ce qui a fait de la BMW M3 une vedette des rallyes ?

Tout droit sortie d'usine, la BMW M3 est un pur-sang de sport automobile. Bien qu'elle soit à traction arrière, ce qui signifie que le conducteur doit travailler plus dur, la voiture est très bien équilibrée. Elle est extrêmement réactive et c'est la voiture parfaite pour le rallye. Prodrive a réglé le moteur quatre cylindres sur une puissance de 285 ch, ce qui lui permet de tourner à 9 000 tr/min. Comme Prodrive se concentre uniquement sur la construction de voitures de rallye performantes, il maîtrise parfaitement la recette pour construire des voitures de championnat.

Qu’est-ce qui a fait de la BMW M3 une vedette des rallyes ?

Comment Motul a contribué à ces années de victoire en championnat de France des rallyes ?

Nous étions en compétition dans les premières années du rallye. Tout le monde se concentrait à 100% sur l'amélioration technique du rallye. Chaque conseil, question ou avis des pilotes était pris en compte, il y avait sans cesse des modifications de la part de l'équipe et des sponsors, afin d'améliorer les performances de la voiture. Il s'agissait d'une question d'action-réaction. Souvent oublié et moins visible de l'extérieur, l'huile de haute technologie, que produit Motul, lubrifie le cœur d'un moteur à haut régime. Lorsque nous avons demandé le maximum à notre voiture de rallye dans des circonstances extrêmes et exigeantes, Motul s'est révélé être un partenaire très fiable. L'huile produite par Motul a désormais une grande réputation dans le sport automobile de haute technologie, mais c'est plus que mérité si vous voyez à quel point les pièces internes du moteur sont bien protégées.

Comment Motul a contribué à ces années de victoire en championnat de France des rallyes ?

Quels sont les autres rallyes auxquels vous avez participé ?

Après les succès que nous avons eus avec la BMW M3, les choses ont vraiment décollé. Je suis passé au rallye tout-terrain en 1992, aux côtés de Pierre Lartigue, et j'ai remporté le rallye Dakar en 1994, 1995 et 1996. J'ai également remporté de multiples victoires et podiums dans les plus importantes courses de tout-terrain, notamment le Rallye de Tunisie, l'Atlas Rallye, la Baja Italie, la Baja Espagne et la Baja Portugal. De 1993 à 1996, nous avons remporté la Coupe du monde de cross-country de la FIA.

En 1997 et 1998, je suis passé au rallye, en participant au championnat de France des rallyes avec Patrick Magaud. En 1998, je suis devenu team manager de la division sport automobile de Citroën, où j'ai découvert le jeune as Sébastien Loeb.

Six ans plus tard, je suis retourné à la course pour partager le cockpit avec Guerlain Chicherit. En 2005, j'ai signé pour l'équipe Volkswagen Motorsport. En tant que copilote de Bruno Saby, nous avons remporté la Coupe du monde de cross-country de la FIA pour la cinquième fois de ma carrière, avec notamment des victoires au Rallye du Maroc et au Rallye d'Orient, et une cinquième place au Dakar.

Quels sont les autres rallyes auxquels vous avez participé ?

Votre carrière professionnelle s'est poursuivie ?

Oui, en 2007, je roulais avec Carlos Sainz et nous avons gagné la Coupe du monde de cross-country pour la deuxième fois, ainsi que de nombreux autres rallyes, dont le Rallye Dakar. En 2009, j'ai été engagé par BMW comme copilote de Nani Roma dans une BMW X3, qui a remporté la Baja Spain cette année-là. Lors du Dakar 2010, nous avons réalisé un excellent départ, en remportant la première étape mais, après deux accidents, nous avons dû l'abandonner lors de la troisième étape. En 2015, je suis devenu le copilote du pilote de rallye raid finlandais Mikko Hirvonen pour le X-Raid. En 2018, j'ai participé une nouvelle fois au Rallye Dakar en tant que copilote du Néerlandais Bernhard ten Brinke avec une Toyota Hi-Lux pour Toyota Gazoo Racing South Africa. Ce n'est que l'année dernière, à l'âge de 61 ans, que j'ai décidé de quitter la course de haut niveau, bien que les offres n'aient cessé d'affluer.

Votre carrière professionnelle s'est poursuivie ?

Pilote un jour, pilote toujours ?

Oui, en effet. Même maintenant, après avoir officiellement démissionné, je participe toujours avec ma femme et Henri Pescarolo à des rallyes de voitures anciennes et au rallye électrique de Monaco. J'ai une VW Golf GTI et ma femme conduit une Fiat Innocenti Cooper. Et d'ailleurs, pour ces voitures, il n'y a qu'une seule marque d'huile autorisée dans mon atelier : Motul !

 

© Crédits photos : unknown, BMW AG, Mark Henry, Martin Holmes Racing

    

      

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus